Nicolas Sarkozy semble avoir un problème avec la démocratie…

Nous connaissons tous bien les déclarations fracassantes de Nicolas Sarkozy. Son mépris insultant n’est une nouveauté pour personne, et il l’a encore sorti à Nice pas plus tard que mardi, en plein meeting ! Jugez plutôt, je cite.

Nous ne pouvons pas accepter que des gens qui n’ont rien dans le cerveau viennent sur la Place de la République donner des leçons à la démocratie française !

Oui, il a osé. Admirez-le en action, avec d’autres belles déclarations au passage.

Bon, que Nicolas Sarkozy soit méprisant, insultant, et sans arguments, c’est déjà fort quand la classe politique ne cesse de réclamer de l’exemplarité un peu partout. Mais après tout, qui pouvait sincèrement croire qu’il avait changé ? Ou alors, il a changé en pire, oui… Bref, comme je l’ai dit, ce n’est malheureusement pas neuf, loin de là. Le problème n’est pas qu’il n’ait aucune sympathie pour Nuit Debout (on s’y attendait tous et c’est de toute façon le cas de tout le monde dans le milieu, tu parles d’une surprise…), ni même qu’il refuse d’en parler sans chercher à argumenter. Non, le problème, c’est vraiment la phrase elle-même, qui dénote un certain problème avec les principes de base de la démocratie. D’où la classification de cet article.

Rappelons donc que la démocratie nous vient des Grecs et des mots deimos (peuple) et kratos (pouvoir). Concrètement, la démocratie, c’est donc le pouvoir au peuple. Et si c’est en France une vaste blague, ce pays étant juste une oligarchie où le peuple choisit qui va tenir sa laisse (on y reviendra…), il n’empêche que nous avons certains principes qui sont intrinsèquement liés à la notion.Et notamment la liberté d’expression, le droit de manifester… Ce qui implique la possibilité de remettre en cause les gouvernants (voire le régime entier) en place, sans crainte de représailles ou censure (tant qu’on reste dans les limites de la loi, bien sûr).
Et c’est là la base même d’une démocratie : il est toujours possible de tout remettre en question, de débattre, bref, de poser des bornes au pouvoir.

Ce que dit implicitement Nicolas Sarkozy avec sa phrase, c’est que ces bornes ne devraient pas exister. Que la démocratie française (comprendre la classe politique française) se gère par elle-même et que le reste du peuple est juste bon à fermer sa gueule quoi qu’il arrive. C’est là que ça devient grave, parce que nous ne sommes alors plus en démocratie : nous sommes entrés dans le fascisme/la dictature/le totalitarisme (choisissez).
Voilà concrètement où nous en sommes : un président de parti peut se permettre de dire publiquement (à mots couverts quand même) que le peuple n’a pas à remettre en question la démocratie et les actes de ses gouvernants. Je ne sais pas pour vous, mais moi, ça me fait peur, même si ça n’a rien de nouveau venant de celui qui dirigeait l’UMP (ajourd’hui Les Républicains) comme si c’était sa cour privée…

Nicolas Sarkozy dépasse ici totalement le stade du mépris insultant pour passer à l’étape supérieure. Et c’est vraiment grave et flippant.

Publicités

Une réflexion sur “Nicolas Sarkozy semble avoir un problème avec la démocratie…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s